Cum panis: Le pain et ses écologies

Montbéliard | ArtRegion: Basel - Oberrhein

Le 19 – Centre régional d’art contemporain

Cum panis: Le pain et ses écologies

9. Februar – 5. Mai 2024

Art Basel Week Hours (10-16 June 2024):

Tue-Sat 14-18 | Sun 15-18

Une exposition collective rassemblant des pratiques artistiques internationales à propos du pain, de ses écologies et de ses effets sociaux, politiques, économiques, culturels et esthétiques.

Avec des œuvres de Amanny Ahmad, Broudou Magazine, Grace Gloria Denis, Ymane Fakhir, Sameer Farooq, Anna Bella Geiger, Alison Knowles, Valeria Mata, Gordon Matta-Clark, Julia Morlot, Claude Ponti, Lúcia Prancha, Marie Preston, Lexie Smith et Louise Johansson Waite.
Avec des objets issus du Musée de Grenoble et du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.

Dans le cadre de Pays d’Agglomération de Montbéliard Capitale Française de la Culture 2024.

J’ai toujours la sensation
que le monde
est un morceau
de pain.
Je tends
la moitié
à ton attention.

“At a Waterfall, Reykjavik” par Eileen Myles dans School of Fish, publié par Black Sparrow Press en 1997.

Au départ de cette exposition, il y a le paysage et une colline à Montbéliard où se trouve le parc dit “des miches”. En remontant l’histoire de cette dénomination toponymique, on retrouve la dénomination “parc de la miche de pain” dans les archives, en raison de la forme de la colline, une butte de terre, entourée de petits monticules arrondis qui expliquent, peut-être, l’apparition du pluriel un peu plus tard.
Selon un principe inversé, le livre Bread and Water d’Alison Knowles, dont est tiré le visuel de l’exposition, débute par des miches de pain boulangées par l’artiste. Leur croûte, leur forme et leurs aspérités, lui rappellent des paysages. Selon un principe de juxtapositions poétiques, elle associe ainsi l’image du pain et celle de ces environnements naturels dans un recueil visuel accompagné de textes.

Associer art et nourriture est une manière de percevoir, d’absorber et d’être au monde. La table constitue tout autant un lieu du commun, du partage du consensus, que de l’expression des tensions et des antagonismes. La table est aussi un espace de résistance et de compagnonnage.
S’inspirant de l’étymologie de ce dernier terme, issu de compagne et compagnon et du latin cum panis, « avec le pain » l’exposition souhaite ainsi questionner les relations entretenues entre l’art et le pain, ainsi que l’importance de cet aliment dans les constructions sociales, politiques, économiques et géographiques. Le pain est ici considéré comme révélateur de récits (personnels ou collectifs) et comme un levier générateur de communs favorisant l’émergence de formes de création collective.

Les liens entre les humain·es et le pain sont ancestraux. Mais quels sont-ils ? Que nous révèle le pain à travers sa production et sa consommation de nos manières de nous nourrir, de structurer nos sociétés ou encore de concevoir des modes d’interactions culturels collectifs ? Présent à travers le monde, que révèle-t-il à chaque fois de l’endroit où il a été conçu ou de celles et ceux qui ont contribué à sa conception de la production du blé et de sa farine, à sa cuisson en passant par son levain et son pétrissage ? Comment observer le pain à la fois comme produit d’une succession de technologies humaines, mais également comme un outil à la fois pragmatique et symbolique de la transmission de contextes spécifiques ?

Comme l’affirme le Groupe Blé, le pain est politique. Objet de controverse en raison des modes de production du blé contemporain et des dérives de l’industrie agro-alimentaire, le pain a également joué un rôle identifié dans l’emprise colonial. Mais il est également un outil de résistance populaire : de la foule réclamant à Marie Antoinette (dont la perruque était blanchie à la farine ou amidon de blé) le pain quotidien aux manifestations les plus contemporaines brandissant le pain comme étendard symbolique de la résistance.

S’intéresser au pain, c’est donc plonger dans de multiples histoires agricoles, culturelles, familiales, économiques et spirituelles de contextes socio-politiques complexes et très différents. C’est également observer de plus près un patrimoine mondial qui constitue un support de convivialité, d’invention et de création. Le pain dans ses multiples facettes suscite la curiosité, stimule la sensorialité, ouvre l’appétit. Pour toutes ses qualités, le pain traverse également l’histoire des pratiques artistiques : entre art et vie, art et science, comme matière à expérimentations, à enseignements et à partages. Il permet de se reconnecter aux contextes de création, aux pratiques artisanales, à la réanimation de savoirs oubliés de l’acte de créer… afin de faire en commun.

Co-curatrices : Grace Gloria Denis, Adeline Lépine


Öffnungszeiten

Di-Sa 14-18
So 15-18

Le 19 – Centre régional d’art contemporain
19 avenue des Alliés
25200 Montbéliard

Öffentlicher Verkehr

Train: Montbéliard / Belfort-Montbéliard